Le don divin de l’unité

Le pape François, le président de la FLM Younan et le secrétaire général de la FLM Junge ouvrent une journée historique de commémoration de la Réforme

LUND (Suède), le 31 octobre 2016 – Le pape François, l’évêque Munib A. Younan, président de la FLM, et le pasteur Martin Junge, secrétaire général de la FLM, ont signé aujourd’hui une déclaration engageant l’Église catholique et la communion luthérienne à tourner le dos au conflit pour avancer vers la communion et renforcer leur témoignage commun. À l’occasion de ce rassemblement historique organisé en Suède, pour la toute première fois, des catholiques et des luthériens vont commémorer ensemble à l’échelle mondiale l’anniversaire de la Réforme.

Le chef de l’Église catholique dans le monde et les responsables de la FLM ont conjointement accueilli la Commémoration commune luthéro-catholique des 500 ans de la Réforme, marquée par une prière commune à la cathédrale de Lund en présence de près de 500 personnes, ainsi que par un rassemblement public à la Malmö Arena, toute proche, auquel ont participé quelque 10 000 personnes et dont la retransmission en direct à la télévision et sur Internet a permis à des gens dans le monde entier de suivre l’événement.

Le roi Charles XVI Gustave de Suède, la reine Silvia de Suède ainsi que le Premier ministre suédois Stefan Löfven et d’autres représentants gouvernementaux ont participé – aux côtés de responsables des communions chrétiennes mondiales et d’organisations affiliées à l’Église provenant du monde entier – au service liturgique, où le pape François et le secrétaire général Junge ont dit leur prédication respective en espagnol.

Le pape François a dit aux fidèles que «dans le contexte de la commémoration commune de la Réforme de 1517, nous avons une opportunité nouvelle pour prendre un chemin commun, qui durant les cinquante dernières années a progressivement pris forme dans le dialogue œcuménique entre la Fédération luthérienne mondiale et l’Église catholique.»

Dans sa prédication, le pasteur Junge a mis en exergue le fait que ce qui unit catholiques et luthériens l’emporte largement sur ce qui les divise. «Nous sommes les sarments de la même vigne. Nous sommes un dans le baptême. C’est pourquoi nous sommes ici pour cette commémoration commune: pour redécouvrir qui nous sommes en Christ».

Déclaration commune

L’un des moments forts du service liturgique a été la signature d’une déclaration commune par le pape François et le président Younan. Le document rend grâce à Dieu d’avoir permis un dialogue œcuménique ininterrompu et fructueux entre catholiques et luthériens, permettant à l’entente et la confiance mutuelles de se renforcer. Il affirme que les deux partenaires «ne sont plus des étrangers», car ils se sont rapprochés grâce au dialogue et au témoignage commun.

Dans cette déclaration commune, catholiques et luthériens rendent grâce aux «dons spirituels et théologiques reçus avec la Réforme». Ils confessent et déplorent avoir attenté à l’unité visible de l’Église à cause des préjugés et des conflits qui ont accompagné leurs antagonismes théologiques et qui ont été instrumentalisés à des fins politiques.

La déclaration rejette catégoriquement «toute manifestation de haine et de violence, passée et présente, en particulier quand elles sont exprimées au nom de la religion.»

La foi et le baptême en Christ, affirment-ils, «exige de nous une conversion quotidienne nous permettant de tourner le dos aux désaccords et conflits du passé qui sont autant d’entraves au ministère de réconciliation.» Ils admettent que «bien qu’il ne soit pas possible de changer le passé, on peut transformer ce dont on se souvient la façon de s’en souvenir.»

Guérison des blessures

Le document évoque la prière des catholiques et des luthériens pour la guérison des blessures et des mémoires «qui obscurcissent notre perception l’un de l’autre», ajoutant: «nous reconnaissons que nous sommes libérés par la grâce pour aller de l’avant vers la communion à laquelle Dieu nous appelle constamment.»

La déclaration souligne la responsabilité commune à l’égard des personnes qui aspirent à la dignité, la justice, la paix et la réconciliation et exhorte catholiques et luthériens à «œuvrer ensemble pour accueillir l’étranger» et défendre les droits des personnes réfugiées et des individus en quête d’asile.

Les deux communions expriment leur responsabilité commune à l’égard de la création de Dieu, «qui est soumise à l’exploitation et aux conséquences d’une insatiable cupidité.» Elles prient pour une transformation des cœurs et des esprits qui mène à «prendre soin de la création avec amour et de façon responsable» et qui préserve le droit des générations futures à profiter de «tout son potentiel et toute sa beauté.»

Assouvir la soif et la faim de spiritualité

La déclaration reconnaît la responsabilité pastorale commune des catholiques et des luthériens «d’assouvir la soif et la faim de spiritualité» de bon nombre de leurs fidèles, «qui aspirent à recevoir l’eucharistie à la même table en tant qu’expression concrète de la pleine unité.» Elle exprime le désir de guérison «de cette blessure dans le corps du Christ», rappelant qu’il s’agit là du «but de nos initiatives œcuméniques».

La déclaration commune se referme sur un encouragement, appelant toutes les paroisses et communautés luthériennes et catholiques «à faire preuve d’audace et de créativité, à être emplies de joie et d’espérance dans leur engagement à avancer sur la longue route qui s’ouvre à nous. [...] Puisse le don divin de l’unité parmi nous guider notre coopération et renforcer notre solidarité».

Vers une plus grande coopération au service des personnes dans le besoin

Dans le cadre des activités organisées à la Malmö Arena sur le thème «Ensemble dans l’espérance», la directrice du Département d’entraide mondiale de la FLM, Maria Immonen, et le secrétaire général de Caritas Internationalis, Michel Roy, ont signé une déclaration d’intention par laquelle les deux organisations chrétiennes mondiales s’engagent à approfondir leurs relations et renforcer leur coopération en matière d’intervention humanitaire et de développement durable.

Des spectacles d’artistes ont ponctué le rassemblement à la Malmö Arena et des défenseurs luthériens et catholiques de la justice sociale et des questions climatiques provenant du Burundi, de Colombie, de l’Inde, du Soudan du Sud et de Syrie ont offert leurs témoignages. Le pape François et le président de la FLM Munib Younan ont donné des réponses à ces témoignages.

Les citations tirées de la Déclaration commune sont des traductions provisoires du texte original anglais